La sensibilisation au développement durable a poussé les fabricants à réfléchir à de nouvelles technologies d'encres résistantes aux UV et à l'eau. Les encres au latex en sont une conséquence.

Il y a quelques années HP a mis au point une presse numérique utilisant des encres formulées à 70% d'eau (maintien des pigments en solution) et à 30% de latex (fixation des pigments). Puis HP a étendu l'utilisation de ces encres aux traceurs grands formats.

Le principe d'impression est très similaire à celui des encres à solvant.
1 : dépôt de l'encre sur le support
2 : séchage de l'encre par évaporation
3 : résultat imprimé

Cette technologie assez récente commence à se diffuser, mais le peu de recul sur la durabilité des encres en extérieur fait que beaucoup d'ateliers préfèrent rester avec des encres à solvants.

Ceux qui choisissent l'encre à latex le font par choix écologique et communiquent en général sur ce choix.
Comme toujours, quand on parle développement durable, il n'y a pas de solution miracle : il faut chauffer pour que l'encre sèche et les pigments ne sont pas neutres pour l'environnement.

Mais comme nous l'avons dit dans l'article qui les concerne, les encres à solvants sont trop polluantes pour ne pas être remplacées à terme, peut-être par le latex ou une autre technologie.